21-22 Mars : Oralités Décoloniales

Qui ? Quoi ? Comment ? / Spectacles et causeries

« Le blanc est, à plusieurs égards, une fantaisie de l’imagination européenne que l’Occident s’est efforcé de naturaliser et d’universaliser. »  Achille Mbembe

Les Dimanches du Conte, le Théâtre de la Parole et Conte en balade, invitent les artistes de l’oralité, conteurs, conteuses, leurs publics, les programmateur.ice.s, les institutions culturelles et politiques, à un week-end de réflexion collective où spectacles, ateliers et causeries questionneront les pratiques artistiques et la transmission de récits dans une approche décoloniale.

  • Quelles démarches possibles pour questionner les imaginaires collectifs, nos héritages coloniaux, les dérives d’exotisme ? 
  • D’où on raconte, comment, pour qui ? 
  • Qui sont les artistes de la scène du conte en Belgique ? 
  • Quels sont leurs répertoires ?

Et encore bien d’autres questions que nous aimerions partager avec vous, non pas pour trouver les bonnes réponses, mais pour retrouver ensemble d’autres versions de la même  »Histoire ».

Pour le programme du 21 mars , rendez-vous sur le site du Théâtre de la Parole et de Conte en balade.

 

▼ Programme du 22 mars au Centre Culturel Bruegel ▼

► 15h : Introduction « Oralités Décoloniales » par Novella De Giorgi (Dimanches du Conte)

► 15h15 : Cartographie spatiale de nos privilèges Atelier et discussion collective animé par Ummée Shah et Aline Fernande (Dimanches du Conte)

15h45 – 16h : Pause

► 16h – 18h : CAUSERIE avec Seyma Gelen (Collectif Kahina), Anne Wetsi Mpoma (Bamko asbl), Fatma Karali (AWSA-be) A la différence d’une conférence, plutôt frontale et unidirectionnelle, les causeries sont des moments de transmission, d’échange et de réflexion où la parole circule dans un cadre bienveillant et chaleureux.

Les trois intervenantes partageront leurs réflexions et expériences de terrain autour de l’influence du colonialisme sur les imaginaires collectifs ; elles nous parleront des actions concrètes qu’elles mènent au quotidien et au sein de leurs collectifs. Tou.te.s les participant.e.s à la causerie seront également invité.e.s à partager leurs expériences, points de vue et questionnements afin de contribuer à la réflexion collective.

18h-19h : Pause bar-restauration

► 19h : X / spectacle-performance par Paul Wamo

Paul Wamo Taneisi, poète kanak de Nouvelle-Calédonie, situe son art entre l’écriture, l’oralité et la musique. Ses textes nous parlent de mémoire, d’identité, de là d’où il vient et des bruits du monde qu’il traverse.« X », lecture performance a capella ou accompagné de sa loop station, est son projet le plus intime et le plus expérimental.

20h-20h30 : pause

► 20h30 : Causerie avec Paul Wamo / modération Carine Demange (Dimanches du Conte)

Discussion autour de la performance X et échanges autour des démarches artistiques décoloniales.

► Tout au long de la journée : stand de la librairie Pépites Blues

~~~~~~~

Tarifs :

Causerie : entrée gratuite

« X » Spectacle de Paul Wamo : 9 euros / 6 euros (les habitant.e.s du quartier, étudiant.e.s et sans emploi)

~~~~~~~

Plus d’infos sur les intervenantes à la Causerie :

Seyma Gelen

Née en Turquie, Seyma Gelen est diplômée en sciences politiques – orientation relations internationales – et agrégée en sciences sociales et politiques de l’Université Libre de Bruxelles (ULB). Ayant vécu en Wallonie, en Flandre et à Bruxelles, elle a été amenée à s’intéresser à divers enjeux sociétaux tels que les diversités, stéréotypes et préjugés, identités, racismes, pratiques transnationales, citoyennetés multiples, religions et laïcités, féminismes.Conteuse pour adultes, membre d’Amnesty International, engagée dans la lutte contre les préjugés touchant les migrant.e.s, réfugié.e.s et descendant.e.s d’immigré.e.s, membre de divers collectifs féministes et antiracistes et de groupes de réflexion – dont le principal est le collectif féministe Kahina dont elle est la cofondatrice – elle cherche, dans tous ses engagements sociétaux, 1) des réponses à la question « Dans quelle société voulons-nous et pouvons-nous vivre ensemble? » 2) des moyens pour lutter contre les ignorances, peurs et préjugés qui éloignent les individus et groupes les uns des autres 3) à lutter contre les systèmes de domination qui oppriment les femmes. Elle est conférencière sur les féminismes. Elle intervient dans les écoles secondaires et dans les associations sur le « comment faire société ensemble? » Elle est nommée dans l’enseignement officiel subventionné (Commune de Schaerbeek).

Anne Wetsi Mpoma

Anne Wetsi Mpoma est née à Bruxelles de parents congolais. En 2007, elle obtient un Master en Histoire de l’Art, civilisations non européennes à l’Université Libre de Bruxelles. Elle travaille alors sur les symboles culturels et les identités dans les communautés afro-américaines qui pratiquent les religions de l’Egypte ancienne. Ce qui l’intéresse ce sont les stratégies de résistance déployées pour une société plus cohérente en termes de justice sociale, raciale et environnementale à travers le monde.Après une expérience dans la galerie d’art Essie Green, spécialisée dans la Harlem Renaissance à New York, elle co-fonde l’association Nouveau Système Artistique à Bruxelles en 2009. Elle y programme notamment les journées à thème Afro Brussels City avec des discussions sur l’Art contemporain africain qui réunissent artistes, chercheurs et grand public ainsi que des scènes ouvertes autour de grands personnages africains ou afrodescendants : Cheikh Anta Diop, Martin Luther King, Myriam Makeba ; ou encore des pièces de théâtre et des expositions.Actrice incontournable sur la scène bruxelloise en tant qu’activiste et chercheuse artistique et culturelle, elle collabore avec de nombreuses associations et institutions européennes (Paris, Londres, Hambourg, Berlin) en vue d’une décolonisation de l’espace public et une plus grande visibilité de la créativité africaine en Belgique en collaboration avec des médias internationaux, nationaux et régionaux (Mediapart, Austrian Radio National Channel, RTBF, Radio 1, Medor, Elle Belgique, De Standaard, Het Laatste Nieuws, Radio Campus, BX1, etc).Quelques partenaires associatifs et institutionnels belges: Bamko-Cran asbl, Café Congo, Bakushinta, Collectif No No Name, Africa Museum, Bozar, Le Space, etc.

Fatma Karali

Administratrice et porte-parole de AWSA-Be. Arab Women’s Solidarity Association est une association féministe, laïque et mixte, reconnue en éducation permanente. Fondée en juin 2006 à Bruxelles et inspirée d’AWSA International, l’asbl milite pour la promotion des droits des femmes originaires du monde arabe, dans leurs pays d’origine ou d’accueil.L’association cherche à briser les clichés, soutenir quotidiennement la libération desfemmes de toute domination politique, sociale, économique et religieuse, et à créer des ponts entre les cultures.L’association propose un large éventail d’activités et d’outils pédagogiques en accès libre sur leur site : www.awsa.be

Plus d’infos sur l’artiste Paul Wamo :

Paul Wamo Taneisi est un artiste hors catégorie pour qui l’écriture est un état d’urgence. Ecrire pour faire sortir, écrire quand ça ne tient plus, la poésie est son troisième poumon. Ses textes, il ne les lit pas : il les transpire, les suffoque et les danse. Poète kanak de Nouvelle-Calédonie, il situe son art entre écriture, oralité, musique et performance .

X, lecture performance a capella ou accompagné de sa loop station, est son projet le plus intime et le plus expérimental. X parle de Blues Autochtone, d’Aurore Rouge, d’Identitrash, de Saletés divines, de Rêves qui aboient comme des chiens qu’on lâche, de ce Monde qui se fane pour un autre à venir et d’encore plusX pour l’inconnu, le non visible, le caché ( la surprise )X est une lecture fleuve qui suit plusieurs vents« Accrochés aux rideaux du souvenir qui manque, les trous qui encerclent nos mémoires sont des serpents qui se mordent la queue« 

paul-wamo.com

www.facebook.com/paulwamo.taneisi

Leave a Reply